Accueil > Espace média > Femmes & Commerce : panorama

8 mars 2019
Femmes & Commerce : panorama

À l’approche de la Journée Internationale des droits des Femmes, le vendredi 8 mars 2019, l’équipe de Proxity s’intéresse dans cet article aux chiffres de la relation entre les femmes et le commerce. Voici donc une analyse du rapport établi pour la Commission des Comptes Commerciaux de la Nation par l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques en Juin 2018.

 

La représentation des femmes dans le secteur du commerce

Sur l’ensemble des secteurs commerciaux, 65 % des femmes occupent un poste commercial. Contre 43% pour les hommes. Cette représentation de la gente féminine pour les métiers commerciaux est particulièrement vraie dans le commerce de détail (70%) et l’artisanat commercial (71%).  Les femmes assument généralement des fonctions de vente alors que les hommes sont plus souvent sur des activités de fabrication (boulanger, boucher, charcutier…).

Elles sont également présentes dans des secteurs du « Commerce et réparation d’automobiles ». Où elles représentent 21% des actifs, contre 20% pour les hommes.

 

Femmes et commerce, quel type de contrat ?

  • CDD et CDI.  Si les emplois en CDI sont occupés à quasi-parité par les hommes et les femmes (52% pour les hommes contre 42% pour les femmes). Les femmes sont plus souvent salariées en CDD (60%) que les hommes (40%).
  • Dans le secteur du commerce. L’apprentissage concerne moins souvent les femmes que les hommes (37% contre 63%).
  • Temps plein ou temps complet ? Les femmes travaillent plus souvent à temps partiel (trois sur dix en moyenne). Le travail à temps partiel est d’ailleurs plus répandu dans le commerce de détail (un actif sur quatre).

 

Le sous-emploi, une réalité

Selon l’INSEE, le sous-emploi « Recouvre les personnes qui ont un emploi à temps partiel. Qui souhaiteraient travailler davantage. Et qui sont disponibles pour le faire, qu’elles recherchent ou non un emploi. Sont également incluses dans le sous-emploi les personnes ayant involontairement travaillé moins que d’habitude, en raison de chômage technique ou partiel par exemple ».

Dans le secteur du commerce, le taux de sous-emploi est plus élevé chez les femmes (9% contre 3% chez les hommes). En particulier dans le commerce de détail (11% vs 5%). Notamment en raison d’un taux d’emploi à temps partiel supérieur.

 

Des disparités de salaire importantes entre les hommes et les femmes

Actuellement, les femmes et les hommes occupant des fonctions commerciales n’ont pas le même salaire moyen. Et ce dans les trois grands secteurs du commerce . Le commerce de gros, commerce de détail et commerce et réparation d’automobiles.

Le commerce de gros, avec des salariés qui sont en moyenne plus âgés et où les cadres sont proportionnellement plus nombreux, enregistre les salaires bruts horaires moyens les plus élevés.

Si l’on s’intéresse à la répartition par sexe, tous secteurs confondus, et quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle (CSP), les femmes ont un salaire horaire moyen brut inférieur à celui des hommes.

Voici quelques exemples montrant les plus grandes disparités pour chacune des CSP :

  • Les cadres femmes du commerce de gros touchent annuellement 6,1€ brut / heure de moins que leurs homologues masculins.
  • Les femmes appartenant à la CSP « Professions intermédiaires » et travaillant dans le commerce et la réparation d’automobile gagnent en moyenne 2,5€ brut/heure de moins que les hommes issus du même secteur et de la même CSP.
  • Concernant les employés, c’est dans le secteur d’activité du commerce et de la réparation automobile que la différence de salaire entre les sexes est la plus grande . -1,9€ brut/heure en moyenne.
  • Les ouvriers du secteur du commerce de gros enregistrent la plus grande disparité entre les femmes et les hommes par rapport à ceux issus du commerce détail et du commerce de gros. Les femmes gagnent en moyenne -1,7€ brut/heure de moins que les hommes.

C’est donc dans le commerce de détail que les disparités sont les moins fortes entre les sexes. Même si elles sont bien présentes. Toutes CSP confondues, les femmes gagnent en moyenne 2,075€/heure de moins que les hommes.

 

Focus sur les femmes à la tête de commerce de proximité

Selon le rapport s’intitulant « Les entreprises de proximité au féminin », publié en mars 2019 par l’Union des entreprises de proximité, « la fonction de chef d’entreprise se féminise dans les secteurs de proximité ». Avec par exemple, un nombre de dirigeantes qui a doublé en 30 ans dans le secteur de l’artisanat, pour atteindre 22%. Cependant, cette part varie considérablement selon les secteurs concernés. Avec par exemple 36% de dirigeantes d’entreprise commerciale (TPE < 10 salariés). Rappelons qu’en France, les femmes représentent globalement 52 % de la population.

Les choix d’activités des dirigeants demeurent sexués. Cela s’explique, entre autres, par :

  • L’histoire et l’héritage des corporations.

L’exercice de certains métiers était réservé aux hommes, alors que d’autres étaient principalement dédiés aux femmes. Comme l’habillement ou le soin du linge. Les traditions se perpétuent puisque ces deux activités sont encore pilotées majoritairement par des femmes.  80 % de femmes dirigent les entreprises du secteur textile-habillement et 63 % pour la blanchisserie.

 

  • Une préférence pour la formation initiale.

Les femmes à la tête d’entreprises de proximité sont très majoritairement dans des secteurs qui sont identiques à ceux auxquels elles ont été préparées pendant leur formation initiale. Cela peut s’expliquer par des représentations et préjugés encore très répandus en France sur les choix de formation préconisés aux jeunes femmes . Des métiers traditionnellement féminins. Comme la beauté, la coiffure ou la fleuristerie. Ainsi, les secteurs d’activité de prédilection des dirigeants de commerce de proximités varient beaucoup selon leur sexe. Dans le secteur du bâtiment, les dirigeantes d’entreprise sont plus représentées sur les travaux de finition comme la peinture. Il existe des secteurs qui sont très rarement dirigés par des femmes comme l’alimentation (15 % de femmes), le travail des métaux (6 %), la réparation de machines et d’équipements (4 %), les services automobiles (6 %) ou encore les services informatiques (13 %).

 

Pour conclure, si la présence des femmes dans le secteur du commerce est importante, il existe encore toujours de nombreuses disparités en termes de salaire, de nature de contrat, de CSP ou encore d’accès à certains secteurs d’activité.

Pour terminer cet article, résolument féminin : retrouvez le portrait de Lisa, Responsable Marketing & Partenariat chez Proxity et fondatrice/co-gérante d’un restaurant. Bar à Tapas El Seneca


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Des articles qui pourraient vous plaire

Nationales

Pouvoir d’achat : est-il plus avantageux de consommer en centre-ville qu’en grande surface ?

19 juillet 2022
Nationales
Points presse

[Communiqué de presse] – 1000ème carte pour la Communauté de Communes de Miribel et du Plateau !

12 juillet 2022
Interviews

#Portraitchinois – Géraldine se livre en 6 mots

01 juillet 2022

Vous avez besoin d’un conseil ?

Contactez-nous