Accueil > Espace média > Les unions commerciales au temps du Covid19

13 mai 2020
Les unions commerciales au temps du Covid19

Principaux interlocuteurs des commerçants dans une ville, les unions commerciales sont un maillon de la chaîne important dans la dynamique d’un centre-ville. Une de ses principales missions est de contribuer à maintenir et développer l’activité économique de ses adhérents. En faisant notamment la promotion de ceux-ci, de la richesse du tissu commerciale locale et en portant les éléments d’amélioration dans divers domaines (économique, cadre de vie, circulation…) auprès de la collectivité. Or depuis la mi-mars, la crise a fortement secoué ces équipes de bénévoles. Dont les principales ressources sont les cotisations des adhérents et de subventions publiques pour certaines d’entre elles.

Alors comment ont-elles réagi pendant ces deux mois ? Petit tour d’horizon.

 

Les initiatives pendant le confinement

 

Il faut tout d’abord souligner la formidable réactivité de la plupart d’entre elles. Une fois les rideaux baissés et les premières mesures gouvernementales expliquées, beaucoup ont pris le relais sur le terrain pour contacter chaque commerçant et ainsi expliquer en détail comment bénéficier des diverses dispositions. En particulier l’aide de 1500€. Les premiers temps ont donc été intenses ces associations, avec un soutien des CCI. Une fois ces 15 premiers jours passés et les premières mesures d’urgence prises, il a fallu rassurer les commerçants. Réfléchir collectivement à comment aider dès la reprise, et surtout que faire en attendant.

 

Nombre d’entre elles ont usé des réunions Skype, zoom et consœurs. Beaucoup se sont remuées les méninges et pleins de bonnes idées en sont ressorties. Avec comme fil rouge, continuer à aider les commerçants et informer les consommateurs.

 

Pour n’en citer que quelques-unes, il y a tout d’abord ces unions commerciales qui ont monté artisanalement des services de click & collect. Le plus souvent sur les réseaux sociaux, avec une option de livraison, là aussi assurée par les commerçants. Des moyens parfois limités, mais qui ont donné un peu d’espoir et de ventes à certains commerçants.

 

Certaines se sont tournées vers des outils de solution de vente en ligne et ont offert le service à leurs adhérents. En général pour 6 mois. Bien que la spécificité soit complexe pour certains, il faut reconnaître que cela est une belle opportunité pour basculer dans le digital.

 

D’autres ont tenté le pari des chèques cadeaux ou des bons d’achat. Le but ? Soutenir financièrement les commerces via le consommateur qui peut réserver des montants d’achats à dépenser à partir du 11 mai. Là encore, le succès est inégal suivant les territoires. Mais il a le mérite d’exister. À noter d’ailleurs que certaines UC ont demandé des subventions à des partenaires privés pour abonder les dispositifs (par exemple 10% de plus sur le montant réservé). Une belle manière d’associer toutes les forces vives d’un territoire.

 

Enfin, certaines ont proposé des portraits de commerçants, des publications positives de la ville, des webradios pour divertir et informer les consommateurs des initiatives prises par les commerçants. Comme pour faire oublier, un instant, le temps du confinement.

 

Et après ?

 

Pour préparer la reprise, beaucoup d’unions commerciales ont pris les devants. Grâce aux réseaux locaux, parfois appuyés par les collectivités locales, elles ont pu offrir des gels hydro-alcooliques et des masques. Elles ont également pu réaliser des commandes groupées pour du Plexiglas, des stickers, des visières et bien d’autres.

 

En complément, certaines réalisent des enquêtes pour savoir comment c’est passé le confinement. Savoir où en sont les commerçants et quels aides va-t-il falloir apporter. Faudra-t-il orienter vers les juristes des CCI ? Des psychologues ? Ou bien encore trouver de la trésorerie. Toutes ces réponses trouveront écho dans les résultats qui seront partagés à divers échelons.

 

De plus, beaucoup réfléchissent à des animations commerciales pour faire revenir rapidement les consommateurs dans les boutiques. Mais il faudra combiner avec les gestes barrières. Il faudra également composer avec la peur pour certains consommateurs, mais également la baisse du pouvoir d’achat.

 

En conclusion, rien n’est gagné, mais les unions commerciales ont été un maillon essentiel de la chaîne pendant ces deux mois, pour soutenir les commerçants indépendants. Leur importance, déjà forte avant, n’en sera que plus renforcée dans les prochains mois, là où il y aura les jours heureux !

 

Découvrez tous nos articles et actualités ICI


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Des articles qui pourraient vous plaire

Nationales

Pouvoir d’achat : est-il plus avantageux de consommer en centre-ville qu’en grande surface ?

19 juillet 2022
Nationales
Points presse

[Communiqué de presse] – 1000ème carte pour la Communauté de Communes de Miribel et du Plateau !

12 juillet 2022
Interviews

#Portraitchinois – Géraldine se livre en 6 mots

01 juillet 2022

Vous avez besoin d’un conseil ?

Contactez-nous