Accueil > Espace média > Consommation locale : focus sur les services qui facilitent la vie des consommateurs !

8 mai 2019
Consommation locale : focus sur les services qui facilitent la vie des consommateurs !

Le consommer local est une tendance de fond en France qui trouve ses racines dans le Multi Local First, importé des pays de l’oncle Sam et du sirop d’érable. En France, l’associe pleinement à la ville, se situant sur un territoire géographique restreint et bien identifié, celui du bassin de vie.  Il peut être qualifié d’hyper localisme en France. Son but est de parier sur l’économie locale pour augmenter la création de richesse.

 

Rares sont les études qui reviennent sur ce nouveau courant, mais on peut néanmoins classer les habitants d’une même ville selon 4 profils :

  • Les localistes: Ceux qui vivent et consomment local et qui représentent 23% d’un territoire.
  • Les convertibles : Ce sont ceux qui sont séduits par l’idée, mais le font par patriotisme local en épousant moins les idées des localistes.
  • Les distraits : Sans vision globale du sujet, leurs consommations locales sont uniquement sélectives.
  • Les réfractaires : Les plus nombreux, aux alentours de 36% d’un territoire. Ils consomment rarement local et n’ont pas d’intérêt pour les répercussions positives que cela peut engendrer.

Même si cette tendance est relativement jeune,  plusieurs outils et services permettent de satisfaire cette clientèle exigeante. Une clientèle qui à soif de local, de traçabilité, de confiance et du retour à un consommer local. Il est important de souligner que le mouvement est porté par une moyenne d’âge élevé, 50-75 ans, qui a vu la destruction de la terre par les industries polluantes et les ravages du capitalisme (la mondialisation hors sol).  Le besoin de revenir à du concret est donc bien présent.

 

Comment dans ces conditions attirer ces consommateurs exigeants.  Focus sur 5 services parmi d’autres pour leurs (et vous) simplifier la vie et ressentir ce besoin de proximité et d’appartenance à une communauté :

  • La carte de fidélité du territoire

Plus courante chez nos amis de la perfide Albion, les cartes de fidélité collectives incitent les consommateurs à modifier leurs habitudes d’achat. Et tout cela au profit des commerçants locaux en rendant plus visible et attractif  le dense réseau qu’ils forment.

  • Les entreprises collaboratives / circuit court

Le mouvement pour consommer localement facilite la rencontre entre l’économie collaborative et le digital. Elle permet d’aider via des sites ou des applications, la mise en avant de producteurs locaux. Ainsi les habitants peuvent s’assurer de la pertinence du produit recherché au juste prix pour le producteur. On peut également citer la mise en avant de « Drive fermiers » qui associe la rapidité de l’achat sur internet et le contact avec le producteur.

  • Les moteurs de recherche

Les Français ont soif de digital, surtout dans le domaine du local. Or plusieurs professionnels ne sont pas présents sur ces outils digitaux, ce qui vient en contradiction avec les attentes. En effet, selon une récente étude, 31% des personnes souhaitant consommer local, estime qu’avoir un site internet ou une application regroupant les professionnels et commerces qui produisent localement donnerait davantage envie d’utiliser internet pour s’informer et consommer local.

  • Les monnaies locales

C’est un phénomène de fond. Partout dans le monde, des villes, des associations développent des initiatives de monnaies locales avec un double objectif . Favoriser la consommation local et renforcer le lien social. Ces monnaies sont échangeables auprès de points de vente et le taux varie selon les villes. Ces monnaies locales peuvent être abondés dans certains cas par la collectivité ce qui permet d’augmenter le pouvoir d’achat des utilisateurs.

  • Le crowdfunding

Le crowdfunding est le meilleur exemple finalement conçu pour financer l’économie locale. La finance participative mais pour quoi faire ? Soutenir les entrepreneurs locaux, un moyen infaillible de demander et de faire contribuer les habitants au succès des commerces locaux. Il permet également de financer des foncières locales pour lutter contre la spéculation foncière ou offrir des prêts solidaires.

Et demain ?

On pourrait penser que le local est une mode. Or il est fort à parier que cela soit une vraie tendance de fond. Il fait écho aux besoins croissants de proximité, de transparence et de confiance comme évoqué ci-dessus. Mais comme dans toute industrie, il est possible que les grands groupes profitent également de ce phénomène. Soit avec vertu, comme pour relocaliser des productions par exemple ou s’associer avec des gammes locales pour développer des circuits courts. Soit en mode opportuniste comme l’a pu être la mode « green », et que l’on commence à observer avec la mise en avant d’agriculteurs pour le prix du lait, avec beaucoup de marketing émotionnel.

Quoi qu’il en soit,  les commerçants ne doivent pas oublier les nouveaux outils de communication. Communiquer reste la base, notamment pour parler de ses produits, de ses fournisseurs, de son commerce, de son histoire…tout ce qui peut la différence entre un grand groupe et vous…localement !

 

Retrouvez-vite tous nos autres sujets sur notre page actualités !


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Des articles qui pourraient vous plaire

Nationales
Points presse

[Communiqué de presse] – Lancement réussi pour la carte de fidélité de la Communauté de Communes Brioude Sud Auvergne

23 novembre 2022
Nationales
Points presse

[Communiqué de presse] – Lancement de la carte de fidélité des commerces du Pays du Neubourg

26 octobre 2022
Nationales
Points presse

[Communiqué de presse] – Quevilly Commerces : une carte de fidélité pour soutenir le pouvoir d’achat et le commerce local

06 octobre 2022

Vous avez besoin d’un conseil ?

Contactez-nous