Accueil > Espace média > Soldes d’hiver 2020, nouveau départ pour une nouvelle formule ?

11 février 2020
Soldes d’hiver 2020, nouveau départ pour une nouvelle formule ?

Les soldes sont terminées ! Après quatre semaines intenses, les soldes nouvelle génération ont pris fin ce 4 Février. Alors quel bilan pour cette nouvelle édition et quelles pistes d’amélioration pour les suivantes ? 

 

Une édition morose

Ce n’est un mystère pour personne, les soldes font de moins en moins recette. Le consommateur français a face à lui de multiples périodes de promotions pour dépenser moins à défaut de consommer mieux. Pour exemple, le Black Friday a explosé le record de transactions bancaires cette année. Seuls les French Days font moins bien que l’an dernier.

Alors oui, les soldes 2020 ont le goût amer des soldes d’Hiver 2019, qui elles-mêmes avaient la gueule de bois des 2018. L’excuse est facile, gilets jaunes d’un côté, grèves à répétition de l’autre, sensation de pouvoir d’achat qui baisse. Même si toutes ces justifications ont une once de vérité, elles ne suffisent pas à expliquer le désarroi du public pour cette période de « fête commerciale ». Car ne nous y trompons pas. Si la date officielle des soldes était cette année fixée au 8 janvier 2020, elles ont en réalité commencé dès le lendemain du 25 décembre 2019, soit 15 jours avant. En effet, qui n’a pas reçu d’invitation à des ventes privées ? Des offres en avant-première ? Et l’on peut voir que certaines enseignes n’ont quasiment pas arrêté depuis le Black Friday.

 

Un nouveau calendrier qui fait débat

De là à dire que les dates des soldes ne conviennent pas, il n’y a qu’un pas. Cette date ne sort pourtant pas du chapeau, puisqu’elle est le fruit d’une longue concertation. Ainsi, toutes les fédérations du commerce ne sont pas d’accord sur le top départ. La solution serait pourtant bien d’avancer les soldes à fin décembre, comme ailleurs en Europe. Les départements limitrophes au Luxembourg et à l’Allemagne débutent leurs soldes d’hiver plus tôt, pour éviter la concurrence des voisins européens.

Mais reposer le problème sur les dates serait simpliste. Deux autres facteurs entrent en ligne de compte. Le premier d’entre eux est la nette baisse de confiance des ménages sur le mois de décembre 2019. Avec -3%, il s’accompagne d’une baisse de la consommation inévitable. Ce qui entraîne un facteur nouveau, celui de la « dé-consommation », ou plus exactement de la fragmentation. Le textile est le principal secteur à en faire les frais et la baisse de chiffre d’affaires sur ce segment devrait dépasser les 1% de baisse en 2019. Ce qui implique que les commerçants doivent trouver de nouveaux modèles dont la rentabilité reste à inventer.

Enfin, il y a un élément lié au temps, pas la météo, qui joue un rôle, surtout sur les grosses pièces en hiver, mais bien la temporalité. Nombreux sont les commerçants qui se sont déclarés surpris en 3ème semaine voyant la fin si vite arrivée. Si certains sont accompagnés par les consulaires ou les associations professionnelles, d’autres se retrouvent seuls à gérer un nouveau calendrier. Un calendrier pas toujours bien compris, mais dont ils tireront les leçons et modifieront les habitudes lors des soldes d’été.

 

Quoi qu’il en soit, ces quatre semaines ne sont pas suffisantes. Il n’y a qu’à regarder les vitrines, qui continuent d’afficher des soldes. Mais attention, ce sont des « Ventes Extraordinaires », loi oblige, dont les prix n’ont extraordinairement pas changé depuis la semaine dernière.

 

Découvrez toutes nos actualités ICI  !

 


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Des articles qui pourraient vous plaire

Nationales

Pouvoir d’achat : est-il plus avantageux de consommer en centre-ville qu’en grande surface ?

19 juillet 2022
Nationales
Points presse

[Communiqué de presse] – 1000ème carte pour la Communauté de Communes de Miribel et du Plateau !

12 juillet 2022
Interviews

#Portraitchinois – Géraldine se livre en 6 mots

01 juillet 2022

Vous avez besoin d’un conseil ?

Contactez-nous